CHOC 02

graphisme généraliste
sites internet
programmation SPIP

fr / es / en


web philosophie

Autonomie & liberté : ne dépendre de personne

CHOC 02 = des sites dynamiques (c’est-à-dire : facilement actualisables) souvent propulsés par SPIP
L’éditeur-propriétaire du site peut créer les pages, ajouter ses propres rubriques et articles, les textes, les images, les vidéos et tous les documents qu’il souhaite, réactualiser, modifier et ajouter ce qu’il veut sans faire appel à personne.
Le nom de domaine est la propriété exclusive du client, qui conserve ainsi une liberté totale de mouvement et d’évolution : changement de prestataire d’hébergement, de service de courriel, etc.

Économie : échange et gratuité

SPIP est un logiciel libre, open source et gratuit en constante évolution. Il est régulièrement mis à jour par la communauté de développeurs. La dernière version est utilisée au moment de la conception du site.
Tous les logiciels nécessaires à la maintenance du site (bureautique, traitement d’image, vidéo, son) que nous pouvons proposer, si besoin, ont les mêmes caractéristiques.

Durabilité : attendre l’irréparable

Choc02 conçoit des outils pensés pour durer. Choix d’un graphisme emprunt de classicisme ou complètement décalé. Architectures de sites prévues pour s’adapter aux évolutions de l’entreprise et des techniques.
Code respectant tous les standards du web actuel, xHTML ou HTML5, tous navigateurs (Firefox, Safari, version d’Internet Explorer 7 et au-delà ...). Utilisation du javascript tant qu’il ne perturbe pas outre mesure le chargement des pages et que le site peut fonctionner sans.
sécurité : SPIP bénéficie de progrès constants qui impliquent des mises à jours régulières, notamment par soucis de sécurité. On compte entre 2 et 5 mises à jour de sécurité par an, et de manière tout à fait imprévisible...

Accessibilité : En Haute-Loire, à Cotonou...

Légèreté des pages, lecture en streaming des mp3 ou vidéo, soucis constant d’être accessible même à ceux qui n’ont pas le haut débit.
Référencement naturel optimisé, référencement poussé en option.
Volonté d’être accessible aux personnes déficientes.
Nous nous soucions aussi de la lecture sur écran de téléphones, PDA et ordinateurs portables, et nous pouvons travailler spécialement pour l’un ou l’autre de ces médias.

Individualité : Moi-je

Concevoir un outil dont l’esthétique et les fonctionnalités soient propres à chaque projet.
Pas de réponse standard, pas "d’image bank", mais de l’écoute, des échanges et des recherches pour concevoir un outil personnalisé.
L’histoire et les personnes nous intéressent plus que les techniques marketing standardisées.

jeanpierre617

PS. : L’utilisation de logiciel "libre" signifie, au minimum, la liberté de connaître et de modifier le logiciel = sécurité, pérennité, autonomie, adapté à chacun. Pour promouvoir cette nécessité, CHOC 02 est membre de l’APRIL

Promouvoir et soutenir le logiciel libre

Comme Antoine de Saint-Exupéry dessinant un mouton pour le Petit Prince...
Au delà du graphisme, où nous tentons d’adapter notre design, l’ergonomie et l’architecture du site en fonction des besoins et du secteur d’activité, toute notre production tourne autour d’obsessions communes, des idéaux que nous tentons d’atteindre dans notre activité économique.
Nous souhaitons mettre en place des outils pratiques et utiles dans des interfaces adaptées et originales, voir remarquables, et nous serions satisfait d’être considéré comme de bons artisans soucieux de s’améliorer constamment.

> choc02 > présentation

libre ? > de l’informatique libre ? <

« Microsoft Power » : le Canard Enchaîné revient sur l’emprise de Microsoft sur les ministères français

jeudi 4 octobre 2018

Le Canard Enchaîné consacre son hors-série Les dossiers du Canard d’octobre 2018 à la question de la vie privée. Le journal revient à cette occasion sur l’emprise de Microsoft sur les ministères français, en particulier celui des Armées où le géant américain impose ses systèmes via un accord Open Bar renouvelé deux fois depuis 2009.

Voir en ligne : sur le site de l’APRIL

Victoire provisoire sur la directive droits d’auteur, théâtre d’intenses conflits, avec la liberté d’expression et d’information comme enjeu

vendredi 6 juillet 2018

Victoire sur la directive droits d’auteur, théâtre d’intenses conflits, avec la liberté d’expression et d’information comme enjeu
06/07/2018 Claire Hugon

Le Parlement européen fut hier le théâtre d’un intense débat dont le grand public n’a probablement pas conscience mais qui a énormément mobilisé dans les milieux concernés : culture, presse ou bien encore les plateformes électroniques... Nous avons reçu plus de 7.000 mails ! Lors des derniers jours, c’est peu dire que le bureau fut inondé d’appels téléphoniques des quatre coins de l’Europe. De mémoire d’Eurodéputé, je n’avais jamais vu cela.

Après 21 mois de longs débats, les eurodéputés ont pris position ce midi sur une proposition de directive sur le droit d’auteur dans le marché numérique (à distinguer des publications papiers traditionnelles donc). Pour notre plus grand bonheur, une majorité s’est dégagée pour recaler le texte et voter l’amendement que les Verts proposaient pour demander aux eurodéputés de la Commission des Affaires juridiques de soumettre un meilleur texte. Comme ce fut le cas avec le paquet « mobilité » dont je vous parlais hier, l’ouverture des négociations entre le Parlement, le Conseil des ministres et la Commission devra attendre.

Voir en ligne : sur le site de Philippe Lamberts

Migration vers le logiciel libre : volte-face de la Défense en 2007

lundi 22 janvier 2018

Le site d’actualités Next INpact a publié un article intitulé « Open Bar Microsoft : quand la Défense jugeait le libre plutôt canon » révélant de nouveaux documents qui éclairent l’historique du dossier Open Bar Microsoft/Défense. L’article dévoile que madame Michèle Alliot-Marie, alors ministre de la Défense aurait approuvé les recommandations d’un rapport préconisant en 2005 la migration du ministère de la Défense vers le logiciel libre. Donc quelques années avant que le ministère choisisse de conclure un accord Open Bar avec Microsoft, sans procédure publique, ni mise en concurrence et contre l’avis des experts militaires.

Voir en ligne : sur le site de l’APRIL

Alerte aux DRM : comment nous venons de perdre le Web, ce que nous en avons appris , et ce que nous devons faire désormais

mercredi 13 décembre 2017

Par CORY DOCTOROW

L’EFF s’est battue contre les DRM et ses lois depuis une quinzaine d’années, notamment dans les affaires du « broadcast flag » américain, du traité de radiodiffusion des Nations Unies, du standard européen DVB CPCM, du standard EME du W3C, et dans de nombreuses autres escarmouches, batailles et même guerres au fil des années. Forts de cette longue expérience, voici deux choses que nous voulons vous dire à propos des DRM :

1. Tout le monde sait dans les milieux bien informés que la technologie DRM n’est pas pertinente, mais que c’est la loi sur les DRM qui est décisive ;
2. La raison pour laquelle les entreprises veulent des DRM n’a rien à voir avec le droit d’auteur.

Ces deux points viennent d’être démontrés dans un combat désordonné et interminable autour de la standardisation des DRM dans les navigateurs, et comme nous avons consacré beaucoup d’argent et d’énergie à ce combat, nous aimerions retirer des enseignements de ces deux points, et fournir une feuille de route pour les combats à venir contre les DRM.

Photo par Elitatt (CC BY 2.0)

Voir en ligne : sur Framablog

Civic Tech ou Civic Business ? Le numérique ne pourra pas aider la démocratie sans en adopter les fondements

samedi 4 novembre 2017

Le numérique n’est pas démocratique en soi. Sa simple utilisation ne saurait suffire à gérer magiquement les enjeux démocratiques essentiels, bien au contraire. En lui accordant une confiance aveugle, on ouvre la porte à une perte de souveraineté et de contrôle démocratique. Ce n’est pas sans raison que le mouvement « Open Government » mondial a trouvé ses fondements dans la dynamique Open Data et la gouvernance collaborative de l’internet, elles-mêmes forgées au cœur des principes de la transparence démocratique, de la délibération publique et des communautés du logiciel libre. Il ne saurait être acceptable que le passage au numérique de la vie démocratique s’accompagne de la création de monopoles lucratifs dont les rouages seraient cachés du regard de la société. Cette transition numérique doit donc respecter scrupuleusement, et a minima, le niveau de transparence et de souveraineté de notre héritage démocratique.

Voir en ligne : sur le site regardscitoyens.org

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 160

mentions - Plan du site - SPIP -