CHOC 02

graphisme généraliste
sites internet
programmation SPIP


optimiser des images pour votre site web

Pour rapidement donner une idée : même agrandie sur un écran 24’’, une image est suffisamment grande si elle a environ 1000 pixels de largeur ou de hauteur. Enregistrée dans le format jpg avec une compression à 75, la plupart des images tiennent en-dessous de 200Ko.

Sachant cela, il est peut-être nécessaire de donner quelques bases :

  • 1 Mo = 1000 Ko
  • donc si vous envoyez une image de 2,9 Mo à votre site :
    • 2,9 Mo = 2900 Ko
    • 2900 - 200 = 2700 ...vous envoyez à peu près 2700 Ko de trop sur votre serveur.

Si vous accumulez sur seulement 10 photos, ça fait tout de suite 27 Mo inutiles...

Le serveur, lui, peut bien recalculer votre image, la réduire pour l’afficher correctement suivant la programmation de votre site, vous aurez toujours une image de départ trop lourde, et un hébergement qui saturera rapidement.

Maintenant, pour réduire les images produites par un appareil photo (si vous ne voulez pas régler votre appareil avant la prise de vue), qui font souvent au minimum autour de 3 Mo, vous avez plusieurs possibilités.

  • utiliser un logiciel de retouche d’image comme Gimp (compatible tout système informatique)
  • utilisez Firefox avec son extension Shrunked image resizer : au moment de charger les images sur votre site, cette extension les redimensionnera selon vos réglages. C’est peut-être la solution la moins pénible, encore faut-il paramétrer votre logiciel correctement.

Il n’y a donc pas de solution miracle, il faut forcément retrousser les manches à un moment, mais l’enjeu est d’optimiser l’espace disque utilisé par votre site... à vous de voir...

À l’usage des nouveaux propriétaires et des utilisateurs de sites web dynamiques, aux rédacteurs chevronnés ou qui le seront bientôt, qu’ils publient de manière frénétique ou sporadique mais sans trop savoir ce qu’ils font... voici quelques explications élémentaires sur le fonctionnement de leur outil, pour peut-être comprendre ce que vous raconte votre webmaster préféré ou votre hébergeur adoré, ou bien simplement pour savoir ce qu’on fait, c’est déjà pas rien.
À vrai dire vous pouvez très bien vous en passer et continuer à mettre à jour vos sites web... à lire seulement si ça vous tente !

> choc02 > notions et réflexions

libre ? > de l’informatique libre ? <

Alerte aux DRM : comment nous venons de perdre le Web, ce que nous en avons appris , et ce que nous devons faire désormais

mercredi 13 décembre 2017

Par CORY DOCTOROW

L’EFF s’est battue contre les DRM et ses lois depuis une quinzaine d’années, notamment dans les affaires du « broadcast flag » américain, du traité de radiodiffusion des Nations Unies, du standard européen DVB CPCM, du standard EME du W3C, et dans de nombreuses autres escarmouches, batailles et même guerres au fil des années. Forts de cette longue expérience, voici deux choses que nous voulons vous dire à propos des DRM :

1. Tout le monde sait dans les milieux bien informés que la technologie DRM n’est pas pertinente, mais que c’est la loi sur les DRM qui est décisive ;
2. La raison pour laquelle les entreprises veulent des DRM n’a rien à voir avec le droit d’auteur.

Ces deux points viennent d’être démontrés dans un combat désordonné et interminable autour de la standardisation des DRM dans les navigateurs, et comme nous avons consacré beaucoup d’argent et d’énergie à ce combat, nous aimerions retirer des enseignements de ces deux points, et fournir une feuille de route pour les combats à venir contre les DRM.

Photo par Elitatt (CC BY 2.0)

Voir en ligne : sur Framablog

Civic Tech ou Civic Business ? Le numérique ne pourra pas aider la démocratie sans en adopter les fondements

samedi 4 novembre 2017

Le numérique n’est pas démocratique en soi. Sa simple utilisation ne saurait suffire à gérer magiquement les enjeux démocratiques essentiels, bien au contraire. En lui accordant une confiance aveugle, on ouvre la porte à une perte de souveraineté et de contrôle démocratique. Ce n’est pas sans raison que le mouvement « Open Government » mondial a trouvé ses fondements dans la dynamique Open Data et la gouvernance collaborative de l’internet, elles-mêmes forgées au cœur des principes de la transparence démocratique, de la délibération publique et des communautés du logiciel libre. Il ne saurait être acceptable que le passage au numérique de la vie démocratique s’accompagne de la création de monopoles lucratifs dont les rouages seraient cachés du regard de la société. Cette transition numérique doit donc respecter scrupuleusement, et a minima, le niveau de transparence et de souveraineté de notre héritage démocratique.

Voir en ligne : sur le site regardscitoyens.org

Le Manifeste du web indépendant a 20 ans (depuis quelques mois)

jeudi 5 octobre 2017

Le Web indépendant, ce sont ces millions de sites offrant des millions de pages faites de passion, d’opinion, d’information, mises en place par des utilisateurs conscients de leur rôle de citoyens. Le Web indépendant, c’est un lien nouveau entre les individus, une bourse du savoir gratuite, offerte, ouverte ; sans prétention.

http://www.uzine.net/article60.html

Voir en ligne : sur le site uzine.net

Argent public ? Code public !

mercredi 13 septembre 2017

Pourquoi les logiciels financés par l’impôt ne sont pas publiés sous Licence Libre ?

Nous voulons une législation qui requiert que le logiciel financé par le contribuable pour le secteur public soit disponible publiquement sous une licence de Logiciel Libre et Open Source. S’il s’agit d’argent public, le code devrait être également public.

Le code payé par le peuple devrait être disponible pour le peuple !

https://vimeo.com/232524527

Voir en ligne : sur publiccode.eu

Mozilla accepte d’être le tuteur fiscal et légal de Thunderbird

vendredi 12 mai 2017

Pour ce qui concerne son indépendance opérationnelle, il faut entendre par là, la séparation des éléments comme le site web en cours de migration vers thunderbird.net, avec également un hébergement séparé. Les infrastructures devront être également trouvées pour répondre aux besoins des 25 millions d’utilisateurs du client de messagerie. L’équipe de Thunderbird devra également travailler de manière autonome pour assurer les fonctionnalités du client comme les add-ons et bien d’autres choses.

Voir en ligne : sur developpez.com

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 155

mentions - Plan du site - SPIP -