CHOC 02

graphisme généraliste
sites internet
programmation SPIP


notes sur le référencement

Le langage xHTML ou HTML5 utilisé pour réaliser un site est la base d’un bon référencement « naturel » dans tous les moteurs de recherches sur internet.

Le référencement, s’il est « naturel », c’est qu’il se fait tout seul ?
Oui, mais ça ne veut pas dire qu’il n’y a plus rien à faire. Il faut encore que le site ait de nouvelles informations régulières, une vraie activité éditoriale... plus quelques variables :
- La quantité/qualité des liens entrants et sortants, la quantité/qualité des liens internes, la redondance à tout endroit du site de mots-clefs choisis, l’actualité des informations/régularité des mises à jours, quantité/qualité des pages du site, trafic...
Le temps est nécessaire pour bâtir un bon référencement, le désir de rapidité pourrait conduire à l’effet inverse.

La première mise en garde est de ne pas faire d’erreurs qui pourraient mettre un site sur la touche (« black listé » par les moteurs de recherches) : ces erreurs surviennent quand on cherche à tromper les moteurs de recherches. La première des vertus est ici l’honnêteté : faire un site intéressant et bien fait sur lequel les internautes viendront, reviendront et trouveront ce qu’ils cherchent, c’est primordial.

Le nom de domaine est également important, ainsi que ses alias (avec des extensions différentes) : il devrait être descriptif de votre activité pour un référencement plus rapide. (mais un nom peu descriptif pourra tout à fait être très bien référencé).

Techniquement, la rapidité du serveur et l’accès régulier aux informations est nécessaire : un site inaccessible pendant de longues périodes, voir simplement très lent, a peu de chance d’obtenir les faveurs des moteurs de recherches, ni celles des internautes d’ailleurs...

Soigner tous ces éléments donne de réels résultats : suivant le temps que vous y consacrerez, mais aussi suivant le domaine dans lequel vous voulez être présent. Certains domaines sont plus recherchés que d’autres et il sera plus difficile d’y faire sa place (qui d’ailleurs n’est jamais acquise définitivement)...

À l’usage des nouveaux propriétaires et des utilisateurs de sites web dynamiques, aux rédacteurs chevronnés ou qui le seront bientôt, qu’ils publient de manière frénétique ou sporadique mais sans trop savoir ce qu’ils font... voici quelques explications élémentaires sur le fonctionnement de leur outil, pour peut-être comprendre ce que vous raconte votre webmaster préféré ou votre hébergeur adoré, ou bien simplement pour savoir ce qu’on fait, c’est déjà pas rien.
À vrai dire vous pouvez très bien vous en passer et continuer à mettre à jour vos sites web... à lire seulement si ça vous tente !

> choc02 > notions et réflexions

libre ? > de l’informatique libre ? <

Mozilla accepte d’être le tuteur fiscal et légal de Thunderbird

vendredi 12 mai 2017

Pour ce qui concerne son indépendance opérationnelle, il faut entendre par là, la séparation des éléments comme le site web en cours de migration vers thunderbird.net, avec également un hébergement séparé. Les infrastructures devront être également trouvées pour répondre aux besoins des 25 millions d’utilisateurs du client de messagerie. L’équipe de Thunderbird devra également travailler de manière autonome pour assurer les fonctionnalités du client comme les add-ons et bien d’autres choses.

Voir en ligne : sur developpez.com

Facebook n’est pas un réseau social, c’est un scanner qui nous numérise

mercredi 22 février 2017

Facebook veut nous faire croire qu’il s’agit d’un parc de loisirs alors qu’il s’agit d’un centre commercial.

Ce n’est pas le rôle d’une entreprise de « développer l’infrastructure sociale d’une communauté » comme Mark veut le faire. L’infrastructure sociale doit faire partie des biens communs, et non pas appartenir aux entreprises monopolistiques géantes comme Facebook. La raison pour laquelle nous nous retrouvons dans un tel bazar avec une surveillance omniprésente, des bulles de filtres et des informations mensongères (de la propagande) c’est que, précisément, la sphère publique a été totalement détruite par un oligopole d’infrastructures privées qui se présente comme un espace public.

Voir en ligne : sur framablog.org

Open Bar : Après 10 ans de mutisme, la Défense annonce l’existence d’un « bilan risques-opportunités »

mercredi 1er février 2017

Au mois de décembre 2016, deux parlementaires ont demandé par voie de question écrite au ministre de la Défense de faire œuvre de transparence sur l’ « Open Bar » souscrit auprès de Microsoft. Le 26 janvier 2016, première réponse à la question de la Sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam. On apprend ainsi, après des années d’un grand mutisme, qu’il existerait une base rationnelle justifiant le choix de l’ « Open Bar » : un « bilan risques-opportunités » dont l’April a demandé communication au ministère, au titre de la loi « CADA » .

Voir en ligne : sur le site de l’APRIL

Si on laissait tomber Facebook ?

lundi 23 janvier 2017

Avec ces derniers changements de confidentialité le 30 janvier 2015, j’ai peur.

Facebook a toujours été légèrement pire que toutes les autres entreprises technologiques avec une gestion louche de la confidentialité ; mais maintenant, on est passé à un autre niveau. Quitter Facebook n’est plus simplement nécessaire pour vous protéger vous-même, c’est devenu aussi nécessaire pour protéger vos amis et votre famille.

Voir en ligne : sur framablog.org

EduNathon toujours sceptique sur le partenariat Microsoft / Éducation nationale

lundi 23 janvier 2017

Contacté par cette même source, Maître Jean-Baptiste Soufron, avocat défendant les intérêts d’EduNathon sur ce dossier pointe du doigt le fait « que les expérimentations se font donc sous la responsabilité des directeurs d’établissement, ou directement de Microsoft. Et tout nous porte à croire que personne n’a demandé l’autorisation aux parents ».

Voir en ligne : sur vousnousils.fr

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 155

mentions - Plan du site - SPIP -