CHOC 02

graphisme généraliste
sites internet
programmation SPIP


optimiser des images pour votre site web

Pour rapidement donner une idée : même agrandie sur un écran 24’’, une image est suffisamment grande si elle a environ 1000 pixels de largeur ou de hauteur. Enregistrée dans le format jpg avec une compression à 75, la plupart des images tiennent en-dessous de 200Ko.

Sachant cela, il est peut-être nécessaire de donner quelques bases :

  • 1 Mo = 1000 Ko
  • donc si vous envoyez une image de 2,9 Mo à votre site :
    • 2,9 Mo = 2900 Ko
    • 2900 - 200 = 2700 ...vous envoyez à peu près 2700 Ko de trop sur votre serveur.

Si vous accumulez sur seulement 10 photos, ça fait tout de suite 27 Mo inutiles...

Le serveur, lui, peut bien recalculer votre image, la réduire pour l’afficher correctement suivant la programmation de votre site, vous aurez toujours une image de départ trop lourde, et un hébergement qui saturera rapidement.

Maintenant, pour réduire les images produites par un appareil photo (si vous ne voulez pas régler votre appareil avant la prise de vue), qui font souvent au minimum autour de 3 Mo, vous avez plusieurs possibilités.

  • utiliser un logiciel de retouche d’image comme Gimp (compatible tout système informatique)
  • utilisez Firefox avec son extension Shrunked image resizer : au moment de charger les images sur votre site, cette extension les redimensionnera selon vos réglages. C’est peut-être la solution la moins pénible, encore faut-il paramétrer votre logiciel correctement.

Il n’y a donc pas de solution miracle, il faut forcément retrousser les manches à un moment, mais l’enjeu est d’optimiser l’espace disque utilisé par votre site... à vous de voir...

À l’usage des nouveaux propriétaires et des utilisateurs de sites web dynamiques, aux rédacteurs chevronnés ou qui le seront bientôt, qu’ils publient de manière frénétique ou sporadique mais sans trop savoir ce qu’ils font... voici quelques explications élémentaires sur le fonctionnement de leur outil, pour peut-être comprendre ce que vous raconte votre webmaster préféré ou votre hébergeur adoré, ou bien simplement pour savoir ce qu’on fait, c’est déjà pas rien.
À vrai dire vous pouvez très bien vous en passer et continuer à mettre à jour vos sites web... à lire seulement si ça vous tente !

> choc02 > notions et réflexions

libre ? > de l’informatique libre ? <

Minetest, intérêts et possibilités pédagogiques

samedi 1er octobre 2016

L’élève démarre le jeu en « local » et m’explique comment il construit des voitures dans le jeu. Sauf que ses voitures, elles roulent, tournent… Bref, de vraies voitures ! Et surtout, par défaut, le jeu que je lui avais transmis ne le permettait pas. Je lui demande comment il a fait : « c’est très simple monsieur, j’ai créé un mod, si vous voulez, je vous le donne ! » (là, mon cerveau se met en mode sérieux). Je regarde, il m’explique plus en détail… et je comprends qu’il a vraiment fait du code… tout seul, en s’inspirant des autres mods du jeu. Cet élève, ne trouvant pas l’option dans le jeu avait décidé de créer l’option lui-même. Depuis hier, son mod est intégré dans le serveur du prof. Respect, cet élève a 11 ans.

Voir en ligne : sur framablog.org

Le ministère de l’Éducation assigné en justice pour son partenariat avec Microsoft

lundi 15 août 2016

La convention de « partenariat » liant le ministère de l’Éducation nationale et Microsoft sera bientôt débattue devant la justice. Le collectif EduNathon, pour qui il s’agit en réalité d’un marché public déguisé, a déposé aujourd’hui un référé auprès du tribunal de grande instance de Paris. Une audience est prévue pour le 8 septembre.

Voir en ligne : sur nextinpact.com

Pascal Desfarges : « Je compare l’émergence des tiers-lieux à celle des monastères au XIIe siècle »

mardi 7 juin 2016

Ces lieux représentent un contre-pouvoir ou du moins un équilibre des pouvoirs face la société algorithmique imposée par de très grands groupes comme Facebook, Google, Apple ou Samsung qui sont en train de monopoliser les données, de les capter et de les revendre. On assiste aussi à l’avènement de la société de contrôle où tout va être automatisé : domotique, traçage… Je travaille sur ce sujet comme sur la ville intelligente. À la ville transhumaniste, j’oppose la ville collaborative.

À la ville intelligente, j’oppose l’intelligence de la ville. Et cette intelligence est produite par ses habitants.

Voir en ligne : sur lepopulaire.fr

L’open source, pierre angulaire de la démocratie

mardi 7 juin 2016

Pourtant, la sûreté se trouve parmi les première libertés de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. C’est une des libertés dites naturelles, c’est-à-dire inaliénables et fondatrices. La sûreté, c’est la possibilité de se garantir contre l’arbitraire. Emprisonnement, condamnation, spoliation... mais aussi, pour ces lycéens, la décision de la filière qu’ils suivront après le bac ou encore le montant de l’impôt payé par le contribuable.

Au tribunal, la sûreté est garantie par le débat contradictoire. Le défenseur a le droit de développer ses arguments avant le jugement.

Lors d’une décision administrative, cela devait être assuré par la possibilité de contester la décision prise. Or, l’opacité des systèmes informatiques qui président à ces décisions est une entrave sérieuse à la contestation, donc à la sûreté.

Voir en ligne : sur le site rue89.nouvelobs.com

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 150

mentions - Plan du site - SPIP -