CHOC 02

graphisme généraliste
sites internet
programmation SPIP


Pourquoi les profs vont boycotter l’accord Microsoft-Éducation Nationale

mardi 22 mars 2016

Le pacte faustien signé en décembre, entre une ministre hilare et un PDG qui n’en croit pas ses yeux, sera un échec retentissant, malgré la propagande et le tapage organisés par le gouvernement1.

Il est évident en effet que l’immense majorité des enseigants va refuser d’utiliser les moyens mis à disposition des établissements par la multinationale, et disons tout de suite qu’ils auront bien raison !

Nous avons déjà dénoncé ici le scandale que constitue cet accord sur le plan éthique, puisqu’il s’agit de livrer un public captif de plusieurs millions d’élèves et d’enseignants à une entreprise multinationale qui enferme ses utilisateurs dans un éco-système délétère, une entreprise dont les pratiques anti-concurrentielles sont insupportables et illégales, dont les produits sont d’une qualité plus que médiocre, et dont les pratiques de défiscalisation (légales ou illégales) sont tellement immorales qu’elles devraient constituer un repoussoir dans un ministère chargé de l’éducation des futurs citoyens.


Voir en ligne : https://blogs.mediapart.fr/ilian-amar/blog

CHOC 02 fabrique des sites web sur mesure et de A à Z : nous travaillons principalement avec SPIP qui est un gestionnaire de site internet très stable et en continuelle amélioration, soutenu par de nombreux utilisateurs et une grande communauté de développeurs.
Nous apprécions en même temps sa souplesse et sa robustesse : pour le rédacteur comme pour le développeur, c’est la Rolls du net...

> sites web

libre ? > de l’informatique libre ? <

Le ministère de l’Éducation assigné en justice pour son partenariat avec Microsoft

lundi 15 août 2016

La convention de « partenariat » liant le ministère de l’Éducation nationale et Microsoft sera bientôt débattue devant la justice. Le collectif EduNathon, pour qui il s’agit en réalité d’un marché public déguisé, a déposé aujourd’hui un référé auprès du tribunal de grande instance de Paris. Une audience est prévue pour le 8 septembre.

Voir en ligne : sur nextinpact.com

Pascal Desfarges : « Je compare l’émergence des tiers-lieux à celle des monastères au XIIe siècle »

mardi 7 juin 2016

Ces lieux représentent un contre-pouvoir ou du moins un équilibre des pouvoirs face la société algorithmique imposée par de très grands groupes comme Facebook, Google, Apple ou Samsung qui sont en train de monopoliser les données, de les capter et de les revendre. On assiste aussi à l’avènement de la société de contrôle où tout va être automatisé : domotique, traçage… Je travaille sur ce sujet comme sur la ville intelligente. À la ville transhumaniste, j’oppose la ville collaborative.

À la ville intelligente, j’oppose l’intelligence de la ville. Et cette intelligence est produite par ses habitants.

Voir en ligne : sur lepopulaire.fr

L’open source, pierre angulaire de la démocratie

mardi 7 juin 2016

Pourtant, la sûreté se trouve parmi les première libertés de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. C’est une des libertés dites naturelles, c’est-à-dire inaliénables et fondatrices. La sûreté, c’est la possibilité de se garantir contre l’arbitraire. Emprisonnement, condamnation, spoliation... mais aussi, pour ces lycéens, la décision de la filière qu’ils suivront après le bac ou encore le montant de l’impôt payé par le contribuable.

Au tribunal, la sûreté est garantie par le débat contradictoire. Le défenseur a le droit de développer ses arguments avant le jugement.

Lors d’une décision administrative, cela devait être assuré par la possibilité de contester la décision prise. Or, l’opacité des systèmes informatiques qui président à ces décisions est une entrave sérieuse à la contestation, donc à la sûreté.

Voir en ligne : sur le site rue89.nouvelobs.com

Le faux problème des bloqueurs de pub

mardi 22 mars 2016

Les éditeurs de presse nous expliquent qu’ils ont besoin de la publicité, car cela finance leur entreprise. Je n’en ai rien à cirer. C’est leur problème, pas le mien. S’ils ne sont pas contents, ils peuvent passer en paywall, comme médiapart. Leur souci est que cela n’est pas possible pour la plupart d’entre eux, car la valeur ajoutée qu’ils apportent n’est pas suffisante pour que les internautes acceptent de payer.

Voir en ligne : http://authueil.org/?2016/03/22

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 145

mentions - Plan du site - SPIP -